UA-36647747-1

poèmes et autres réflexions

petits poèmes et autres textes

nouvelle rubrique! si la plume vous chatouille , ou vous gratouille,  sur un sujet que la course vous inspire, humoristique, ou plus sérieux, n'hésitez pas à nous en faire profiter

j'inaugure avec cette prière au kiné-qui-fait-tant-de-miracles, en espérant ne froisser les convictions de personne; si c'est le cas, qu'on veuille bien me pardonner cette petite hérésie!

 

Prière du coureur à son kiné 

 

Notre kiné qui êtes précieux

Que nos articulations soient fortifiées

Que notre squelette tienne

Que nos tendons restent bien fermes

Sur bitume comme sur terre

Donnez nous aujourd’hui nos massages quotidiens

Pardonnez nos souffrances

Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont dépassés

Ne nous laissez pas succomber à la décalcification

Et délivrez nous du mal de dos

Maintenant et à l’heure de notre sport

Qui malmène

 

ah ce forum!

 

chacun y met son grain de sel

cherchant toujours le meilleur mot

et comme dirait la p'tite Rachel

qui a déjà de l'à-propos

 

et bla-bla-bla...et bla-bla-bla...

va savoir où ça finira

de l'adidas supernova

on se retrouve chez les incas

 

on s'y défoule à fond la caisse

c'est bien moins dur que sur la piste

mais quand viendra le prochain test

ils riront moins, les humoristes !

le privilège de l'âge

le privilège de l'âge

 

les fend-la-bise, vous les costauds

surtout ne soyez pas jaloux

de ce pauvre vieux un peu fou

qui court en plus comme un sabot

 

s'il trotte toujours entouré

d'une nuée de belles gazelles

c'est qu'il ne peut plus avancer

qu'au rythme de ces demoiselles

 

alignez encore vos chronos

ne glissez pas trop vers l'arrière

continuez à faire les fiers

ce sera votre tour bientôt

la Pastourelle, vue par le papy du cantal

la Pastourelle

cré bin diou, il en sort de partout, et regardes moi ça comm' y sont attifés, y savent pas comment s' déguiser, y en a en mauve, en vert caca d'oie, y en a même en jaune fluo; y z'ont tous plein de p'tites fioles à la place de la cartouchière, qu'est-ce qui doit y avoir comme cochonnerie là-d'dans; y en a qu'ont des espèces de ch'ti sacs dans le dos, ça y tiendrait même pas une miche de pain pour le casse-croûte; y en a d'autres qu'ont une sucette dans le bec, y z'ont du retomber en enfance ceux-là; y en a qui sont pourtant pas tout jeunes, y z'ont pas du forcer beaucoup dans leur existence

tiens, ça y est, c'est parti, les v'là qui courent comme des dératés, et après quoi, dites-moi, même pas après les filles, ils les attendent pas; y vont bin faire peur aux vaches; y savent don pas comment passer leur énergie; ha si z'avaient fauché, fané ou curé les vaches toute la matinée, y s'raient pas tant vaillants, les gars! enfin quand y z'auront fini d'tourner en rond pendant trois heures comme des dérangés, y seront contents, y r'partiront avec leur saladier en fer blanc ou leur ticheurte avec plein de pub dans l'dos qu'on dirait des hommes sandouiches; y z'en auront pour quinz' jours à s'en remettre et aussi sec y vont r'partir piétiner les p'louses dans un aut'coin

tas d'fadas, va!

plaidoyer pour le cancre

le cancre                                                                                                       

le cancre, vous savez, celui qui s'épanouit toujours au fond de la classe prés du radiateur en hiver, qui mène les chahuts et qui fait volontiers l'école buissonnière aux beaux jours, celui qu'on affuble de l'infâmant bonnet d'âne alors qu'il n'est pas plus bête qu'un autre, seulement peut-être un peu plus paresseux ou un peu plus rebelle au moule de l'école, un incompris en somme, ce qui ne l'empêchera pas plus tard de faire son petit bonhomme de chemin. On aurait bien tort de lui jeter la pierre laissons-le plutôt, avec Prévert, dessiner sur le tableau noir du malheur, avec ses craies de toutes les couleurs, le visage du bonheur.

...Mais que diable ce plaidoyer pour le cancre vient faire au milieu de rubriques de course à pied, me direz-vous? c'est sans doute que le cancre fait un peu penser à ces réfractaires à l'entrainement qui préfèrent faire "la tournée des bistrots" ou monter au bois plutôt que d'essayer de s'améliorer sur la piste en suivant les conseils éclairés des coachs ; bien sûr, ils n'exploseront jamais les chronos, mais après tout, laissons-les donc courir sur les chemins boueux, au gré de leurs humeurs, parmi les petites fleurs...(c'est plus du Prévert, mais ça pourrait être du… Christine !)

 

                                                                   

Commentaires (1)

mariechristine
  • 1. mariechristine | 17/04/2013

ah Jean Pierre le jour ou nadine ou moi t'avons convaincu de signer au club nous ne savions pas qui nous avions"déniché"! ne change pas surtout !la diversité du club passe par des coureurs comme toi et quel bonheur de retrouver des gens si différents sur l'hippodrome,sur les chemins ou aux Réaux dimanche!je t'embrasse

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 06/12/2015